La doctrine de la trinité est le centre gravitationnel de tout discours théologique qui se veut chrétien. Enracinée dans la révélation biblique, elle s’est aiguisée au cours de l’histoire de l’Eglise, notamment à travers des controverses théologiques souvent départagées par l’autorité des conciles œcuméniques et du magistère. La question fondamentale du cours consistera en ceci : Comment comprendre l’unité de ce Dieu trine, ce Dieu qui, après s’être communiqué à Israël, s’auto-révèle pleinement en Jésus-Christ et se fait présence et salut pour l’homme et pour le monde par l’Esprit saint ? Répondre à cette interrogation renvoie à parcourir minutieusement l’affinement conceptuel du monothéisme « atypique » chrétien depuis ses racines bibliques jusqu’aux approches contemporaines et à reprendre systématiquement les enjeux que cette doctrine représente pour la foi chrétienne en général et la « foi africaine » en particulier.

Le cours d’« anthropologie chrétienne et eschatologie » se présente comme une introduction aux traités théologiques sur la création, sur le péché, sur la grâce et sur les fins dernières. Il s’agira d’introduire d’une part à la conception de l’homme sous-jacente à la théologie chrétienne et d’autre part aux fondements et conséquences d’une eschatologie chrétienne. Les réponses que l’intelligence de la foi chrétienne donne aux questions fondamentales sur la condition humaine, sur l’origine de l’homme et sur sa destinée supposent une vision de « l’homme devant Dieu » que le cours s’appliquera à étayer. Non sans tenir compte de l’accent christocentrique du Concile Vatican II qui affirme que « le mystère de l’homme ne s’éclaire vraiment que dans le mystère du verbe incarné » (GS 22), affirmation que le pape – désormais saint – Jean-Paul II a adopté comme leitmotiv, il s’agira d’abord de parcourir les traités susmentionnés depuis les Ecritures jusqu’aux récents documents du magistère catholique. Ensuite une approche systématique sera prise afin de présenter la pensée de quelques théologiens contemporains influents ayant abordé ces traités (Karl Rahner, Wolfhart Pannenberg, Jürgen Moltmann). Ces approches historique et systématique seront abordées à partir d’une perspective africaine, c’est-à-dire à partir d’une perspective qui se dégage des travaux anthropologiques et théologiques de quelques pionniers de la théologie africaine (Engelbert Mveng, Meinrad Hebga et Vincent Mulago), une perspective qui devra être comprise non pas comme un « déjà-là » idéalisé et immuable, mais comme une dynamique toujours et déjà en devenir, une « spiritualité » dans le sens de Fabien Eboussi Boulaga.